Philippe Cornier

guitariste classique

Philippe Cornier est né à Nîmes. Initié à la guitare par Nate Price, ancien musicien de Louis Armstrong, il rejoint la classe du Maître Javier Quevedo à l’Ecole Normale de Musique de Paris.

Sa sensibilité et sa virtuosité l’ont rapidement hissé sur la scène internationale :
Cathédrale de Canterbury, Obcni Dum de Prague, Museo de la Ciudad de Mexico, Bayreuth, Centre Français de Damas, Chemnitz, Église de St-Germain-des-Prés de Paris, Kloster Speinshart, Unesco Morelia Mexique, Cathédrale d’Aix-en-Provence, Opéra Comédie de Montpellier, Abbaye de St-Victor de Marseille, Abbaye de Conques, Abbaye de St-Guilhem-le-Désert, Cloître de Moissac, Festivals de la guitare de Bellegarde-de-Montpellier, du Tricastin…

Cet amateur de poésie, de Léo Ferré, des Beatles, de Mozart, de Jimi Hendrix est aussi un amoureux de sa région, de ses monuments et de son terroir.

Grand amateur de vins, il a enregistré en 1999 « Ivresse de la guitare »qui associe 12 vins du Languedoc à12 tubes pour la guitare ! En 2001, sous la direction de Jean -Louis Forestier, il enregistre les concertos de Vivaldi et de Giuliani  puis en 2005 « Sueno en la Floresta ».

En 2012… VOIR DOSSIER 

FÊTE À VENISE

Le programme italien que proposent cette année le guitariste classique Philippe Cornier et le Bogen Quartet se compose du Concerto de Vivaldi pour le luth et la mandoline et du très virtuose Concerto de Mauro Giuliani .
Connu pour son style virtuose et élaboré, fortement inspiré par Rossini, Mauro Giuliani a été acclamé pour sa virtuosité et son goût musical. Il remporta un grand succès et devint une célébrité musicale au début du XIXe siècle. Vivaldi, Giuliani, Corelli…

GUITARE ET PIANO

Concerto de Aranjuez

Fantaisie pour un Gentilhomme

PIANO : Cédric Bambagiotti
La mélodie la plus marquante de toute l’histoire de la guitare !

Qui n’a pas fredonné les premières mesures du célèbre Concerto de Aranjuez de Joaquin Rodrigo ?

Atteint de cécité dès son plus jeune âge, la musique lui apparaît comme le meilleur moyen de renouer avec la lumière. Sa musique évoque l’Espagne belle et lumineuse.

« Fantaisie pour un gentilhomme » est inspirée par des danses écrites par Gaspar Sanz, compositeur du XVIIe siècle. L’œuvre comprend quatre mouvements et sa durée d’exécution est d’environ vingt minutes.

Elle est dédiée au guitariste Andrés Segovia.